benoitdumon benoit dumon
 
Charpentier, Meditatio
 
Benoit Dumon : Haute-contre et direction
Arnaud Hervé : Taille
Jean-Bernard Arbeit : Basse
Freddy Eichelberger : Orgue
Etienne Mangot : Viole de gambe
Jean-Michel Robert : Théorbe
Charpentier, Meditatio
 
À Paris, au XVIIe siècle, pendant la période du Carême, les fidèles se pressaient dans les églises pour écouter les grands prédicateurs du temps. Entre les différentes parties du sermon, l’orateur ménageait des pauses durant lesquelles pouvaient prendre place de petites pièces musicales. Telle fut probablement la destination des Méditations pour le carême de Marc-Antoine Charpentier.
Les thèmes de ces dix méditations épousent la progression chronologique de la passion : Désolation du monde, Prière du pécheur, Jésus annonçant sa mort prochaine à ses disciples, Trahison de Judas, Reniement de Pierre, Jésus présenté à Pilate, Mort de Jésus, Lamentation de la Vierge, Lamentation de Madeleine, Sacrifice d’Isaac.
De prime abord, ces méditations ont un aspect sobre et dépouillé, parfaitement adapté au caractère austère et introspectif du temps de carême. Mais on se rend très vite compte que ces œuvres dissimulent avec une grande habileté un langage d’une infinie sophistication. Mélismes et contrepoint côtoient affectes puissants, symboles forts, ruptures rythmiques, rhétorique quasi théâtrale. Charpentier réussit à la perfection l’alliance impossible de la sobriété imposé par le carême à un style baroque fourmillant d’inventivité, l’alliance de  l’héritage de la Renaissance à la folie créatrice de son temps.
 
A Noter : ce concert est autonome, il n’est pas indispensable que le lieu dispose d’un orgue. Benoit Dumon dispose d'un orgue baroque de 8 jeux transportable.
 

Programme :
 
Improvisation à l’orgue dans le style français du XVII°S
Desolatione desolata est
Sicut pullus hirundinis
Tristis est anima mea
Improvisation à l’orgue dans le style français du XVII°S
Ecce Judas
Cum cenasset Jesus
Quaerebat Pilatus dimittere Jesum
Tenebrae factae sunt
Improvisation à l’orgue dans le style français du XVII°S
Stabat mater dolorosa
Sola vivebat in antris
Tentavit Deus Abraham
présentation, parcourssonsphotos vidéosprogrammes de concertsagendapressecontact